22 juin 2009

Sarkozy devant le "congrès" : au bout du ridicule

Ce 22 juin 2009 marque un nouvel épisode de la fin de la Ve République ; et on ne peut que s'en réjouir. Avec cette farce de l'allocution de Sarkozy devant des parlementaires à Versailles (quel symbole !), l'égo du chefaillon repousse les limites du ridicule, déjà poussées assez loin...

La Cinquième République n'a jamais été démocratique. Mais l'aggravation par le règne sarkozyste est tout de même très nette. Le chef au dessus des lois qui s'exprime aujourd'hui, sans vote et sans débat, est bien un dictateur en CDD de 5 ans renouvelable.
Comment a-t-on pu en arriver à ce degré de bouffonerie, avec cette opération de com' risible et couteuse - sans compter le lourd manque à gagner dû à la fermeture totale de Versailles aux visiteurs ? C'est bien le régime présidentiel qui est d'abord en cause. Une démocratisation doit passer par une diminution drastique des pouvoirs du président, et si possible par la suppression de ce poste hérité de la tradition monarchique.

Quels seront les figurants surpayés qui vont venir faire la claque ? Je salue d'abord ceux qui ont choisi le boycott, seule position digne face à cette opération. J'en profite aussi pour rappeler le mode non-démocratique d'élection des sénateurs, ce qui relativise l'importance de la venue de quelques laquais pour applaudir ce monarque au petit pied.

Mais si cet évènement pitoyable permet de prendre conscience de la nécessité d'une VIe République, enfin démocratique, alors tant mieux !

Voir aussi :
* Et si on essayait la démocratie ?
* Convention pour la 6e République

Posté par davidistrati à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Sarkozy devant le "congrès" : au bout du ridicule

Nouveau commentaire